Route du Rock 2017. Le bilan, jour 2.

Réveil difficile pour certains, un peu mieux négociés pour d’autres qui ont réussi à se coucher tôt et sobres… toujours est-il qu’on enchaîne sur le samedi. La programmation étant dense, et les navettes prises d’assaut (du moins c’est ce que je me laisse dire), je fais l’impasse sur la plage pour ne pas louper une minute des 8 groupes qui vont défiler dans le Fort. C’est parti!

Cold Pumas:

DSCF2543
Cold Pumas

Grosse côte pour le groupe de Brighton. Pour moi la meilleure ouverture sur les 3 jours. Un live toujours bien en rythme et visuellement prenant grâce à leur batteur-chanteur qui dégage une sacrée présence derrière ses fûts. Musicalement, ils modifient peu ce qu’ils font (très bien) sur album, juste ce qu’il faut pour donner un peu plus de punch.

Parquet Courts:

DSCF2547
Parquet Courts

J’aime bien sur album, sans plus. Même ressenti lors du concert.

Arab Strap:

DSCF2552
Arab Strap

Ma déception du samedi. J’étais resté sur une musique éthérée et des paroles en chanté/parlé qui collent parfaitement à cette atmosphère un peu lugubre. Si la voix et la prestance d’Aidan Moffat ne sont en rien discutables, j’ai par contre au beaucoup de mal avec la musique. Celle-ci reste très bonne, mais les morceaux étaient sur-instrumentalisés à mon goût et on a grandement perdu en intimité. Dommage.

Temples:

DSCF2556
Temples

M’ont laissé la même sensation que lors de leur premier passage. Un peu rigides et ayant du mal à magnifier leurs morceaux (pourtant excellents) sur scène.

The Jesus And Mary Chain:

C’était clairement le concert que j’attendais le plus. Le genre de groupe qu’on pense ne jamais voir sur scène, jusqu’au jour où… Ils ont rempli leur mission sans problème. Avec une musique qui reste longtemps dans les oreilles et dans la tête. Le jeu de scène de Jim Reid est assez impressionnant, surtout qu’étant donnée la disposition du groupe, il doit tout assurer de A à Z.

Black Lips:

Petite impasse pour moi, on commence à se faire vieux. Vu de loin donc, ça volait dans tous les sens.

Future Islands:

Comme annoncé, Samuel Herring est un monstre sur scène. Si leur musique sur album me plaît bien, sans plus, il faut reconnaitre que là, ils savent augmenter le niveau d’un cran pour rendre le live captivant.

Soulwax:

La machine à danser tout simplement. Avec le format proposé, difficile de se planter et je crois que c’est quasi unanime. Le mélange du rock et de l’éléctro a pris, et St Père a sauté, sauté jusqu’au bout de la nuit. Un grand moment!

Suite et fin demain!

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s