Live report: « La Colonie de Vacances » à la Carène, le 19 mai 2018.

C’est une troupe sacrément improbable qui s’est présentée ce samedi à la Carène de Brest. La Colonie de Vacances, ce sont quatre groupes, Marvin, Pneu, Electric Electric et Papier Tigre qui ont eu la bonne idée de se produire tous en même temps.

En guise d’apéritif, c’est Will Guthrie l’australien qui se charge d’assurer le set. Pour être franc, je ne connaissais absolument pas le personnage ni sa musique avant d’entrer dans la salle. Et il faut reconnaître que c’est clairement hors du commun. Un seul morceau. Une seule batterie. Un seul projecteur. Trente minutes quelque part du côté de l’instru free-jazz. Dans la catégorie « pas banal », la soirée commence bien.

DSCF2621-min
Will Guthrie, so(m)bre et efficace.

C’est ensuite au tour de la joyeuse bande de La Colonie… d’entrer en scène. Ce qui marque d’entrée de jeu, c’est l’amusante désorganisation des spectateurs. On n’est pas, comme à l’habitude, tous tournés dans le sens de la scène. Car des scènes, il y en a aux quatre coins de la salle. Il n’est donc pas rare de se retrouver face à un autre membre du public, de se tordre pour voir ce qui se passe derrière, ou bien même de se rendre compte qu’on tourne en rond sur place pour ne rien louper.

20180519_221738-min.jpg
Déboussolé. Non, tu crois?

Si c’est un batteur qui a entamé la soirée, ce n’est probablement pas un hasard. Car la musique de La Colonie… est directement dictée par les percussions. L’expression « ça envoie » est là parfaitement adaptée. Difficile d’ailleurs de décrire le style général tant il emprunte au math-rock pour les séquences rythmiques vraiment jouissives et au hard avec des murs de guitares à s’en exploser les tympans. Mais ce n’est ni l’un ni l’autre.

Pendant une heure trente, les formations vont donc se répondre, se suivre, se mélanger dans un vacarme sonique parfaitement organisé. Ce qui n’est pas une mince affaire quand on sait qu’il faut synchroniser onze personnes et que du point de vue du public, tout est absolument sans accroc.

Expérience immersive absolue, un concert de La Colonie… c’est vraiment quelque chose que personne d’autre à ma connaissance ne propose. Il faut reprendre toute sa formation musicale à zéro et accepter de se dire que, oui, il reste encore des choses nouvelles à découvrir dans une simple salle de concert. Tant mieux!

eightbit_eightbit2-min.jpg

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s